Les Cévennes scintillaient sous le soleil de ce printemps ! Dans les jardins des villages, les lilas, les jonquilles, les narcisses rehaussaient de couleurs vives les toitures de tuiles ! Dans les lointains brumeux de cette première chaleur, tous les arrondis, toutes les crêtes se profilaient superbement !

Les Cevennes sous le soleil du printempsThe Cevennes under spring sunshineDie Cevennen unter der Frühlingssonne春日阳光下的赛文山脉

 

Les Cévennes sous le soleil du printemps

La Bastide Puylaurent (La Bastide St Laurent les Bains pour la SNCF) par le "Cévenol"Arrivé à La Bastide Puylaurent (La Bastide St Laurent les Bains pour la SNCF) par le "Cévenol" en traversant ces fabuleuses Cévennes.

Avec Philippe le patron de L'Etoile et sa camionnette, nous suivons cette petite route qui lentement traverse La Bastide Puylaurent, et prend la route de Luc par la vallée de l'Allier, tortueuse et déjà toute verte de ces premiers jours printaniers !

Rogleton somnolait paisiblement dans son écrin de verdure, Luc aussi à l'ombre des ruines de son château qui vit passer Stevenson (GR70) et son ânesse Modestine, et à hauteur de sa gare désaffectée qui regarde passer désormais les trains sans pouvoir les arrêter, l'étrange équipage bifurqua sur la droite en direction de Saint Etienne de Lugdarès et Le Bez, remontant doucement la vallée du Masméjean qui se rétrécissait peu à peu, les pâturages et les hameaux faisant place peu à peu à la forêt, aux rochers, aux genêts et ajoncs.

Et doucement nous descendîmes vers Loubaresse niché tout en bas. Haut lieu de tourisme des Cévennes ardéchoisesLe col de Meyrand (1370m), et ses dernières neiges sur les accotements, offrit au passage un fabuleux panorama sur les Montagnes ardéchoises du Tanargue, la plaine du Rhône et dans les lointains brumeux, le Ventoux !

Et doucement nous descendîmes vers Loubaresse niché tout en bas. Haut lieu de tourisme des Cévennes ardéchoises, un petit village de maisons de pierres et de lauzes, et au coin de la petite place tout en contrebas de l'église, quelques marches de pierres usées, une vieille porte que nous poussâmes et nous étions dans une minuscule épicerie d'autrefois, des rayonnages de bois surchargés, des bocaux de verre. Madame Merle, l'épicière, nous accueillit avec simplicité et gentillesse ! Des minutes de bonheur qui valaient toutes les richesses du monde !

Passant devant le gîte d'étape et tables d'hôtes tenu par Françoise Skuras, absente à cette heure, et nous reprîmes toujours doucement, toujours discutant, toujours refaisant le monde, la route de La Bastide Puylaurent dans le soir qui tombait, le soleil couchant nous aveuglant dès le passage du col.

Halte à l'Auberge du Bez pour dîner. Philippe, toujours muni de son ordinateur portable, montra à Madame Champel (l'aubergiste) et à ses enfants les photos prises l'hiver dernier lors de son voyage en Australie.

La nuit était déjà là lorsque nous retrouvâmes la maison d'hôtes L'Etoile, encore fermé cette fin avril, mais que le magicien Philippe préparait déjà à renaître pour une nouvelle saison ! Et déjà dans ma tête de marcheur impénitent, je préparais une randonnée qui me conduirait un jour de La Bastide Puylaurent à Loubaresse en passant par l'Abbaye Notre Dame des Neiges par le GR72 !

 

Ballade dans les Cévennes

Le Thort en LozèrePrenez un fourgon "Trafic", mettez dedans un homme plein d'originalité qui cherche son sérieux. ajoutez un chien Labrador qui pendant quelques heures va quitter son fauteuil d'osier. saupoudrez d'un zeste d'homme randonneur sérieux qui cherche depuis cinquante-huit ans son originalité. et vous aurez idée de l'équipage qui a quitté le gîte de L'Etoile, sur le coup de dix heures du matin !

On a pris doucement la route vers les Cévennes. Petit arrêt au hameau du Thort, puis a continué en descendant par Prévenchères, Le Barrage du Rachas, Villefort, et Concoules, où là le véhicule a pris la "route du haut" jusqu'à Génolhac. Tourisme et arrêts photos (numériques) pour Philippe, (APS) pour Christian, et pause-défoulement pour Billy le Labrador !

Génolhac dans le GardDans les jardins des villages, les lilas, les jonquilles, les narcisses rehaussaient de couleurs vives les toitures de tuiles ! Dans les lointains brumeux de cette première chaleur, tous les arrondis, toutes les crêtes se profilaient superbement !

Et dans le véhicule de tourisme (escargot), deux hommes refaisaient le monde et leurs mondes en écoutant des airs de country et de folk ramenés d'un voyage par l'homme qui me conduisait et qui m'offrait un tel spectacle dont je me régalais à chaque virage, à chaque panorama !

De Génolhac, nous avons glissé vers le Pont de Rastel et vers Chamborigaud et son viaduc en courbe qui permet à la ligne du Cévenol de franchir la vallée du Luech. Puis nous sommes montés en longs zigzags vers le col de la Bégude avant de plonger vers Sainte Cécile d'Andorge et Le Collet de Dèze où nous avons déjeuné sur la terrasse ensoleillée d'un restaurant qui domine les bords de la rivière assagie. Billy a fait la conquête de la maîtresse des lieux et Philippe a pris quelques photos du patron et de la patronne. Et le Renault Trafic continua sa route par la route du col de Pendedis que nous avons franchi dans une orgie de panoramas superbes qui vous prennent aux tripes, tant soit peu que l'on a marché dans ces montagnes cévenoles !

Descente sur Saint Germain de Calberte et son homme nu, statue à la gloire de ces hommes qui ont bâti les Cévennes ! Photos encore, photos toujours ! Billy rodant dans les ruelles, la mairie, comme toutes celles des villages traversés.

Mais nous étions encore loin de tout cela, heureux de cette journée-touristique à travers la Lozère que j'avais tant de fois parcourue à pied, seul ou accompagné, et dans chaque lieu où j'étais passé en marcheur impénitent, j'ai retrouvé des visages, des images, des émotions, des mots, des couleurs, des odeurs.

Chasseradès en LozèreDescente puis remontée toujours doucement, toujours discutant, toujours heureux. St André de Capcize, col de Jalcreste, village de Cassagnas et sa restauratrice à la retraite et heureuse de sa nouvelle liberté, son temple abandonné et ses jardins sentant bon le printemps ! Nous avons repris la route en traversant la vallée de la Mimente et en "frôlant" le gîte d'étape de l'ancienne gare de Cassagnas où j'ai fait halte avec mes amis sur le chemin de Stevenson il y a quelques années déjà.

Douce montée sur Barre des Cévennes, un village tout en longueur qui fut, lui aussi, une des étapes, la première je crois, dans ma découverte des Cévennes il y a vingt cinq ans. Merci, monsieur et madame Combes pour votre accueil si chaleureux, si simple, et je me souviendrai toujours de ce que vous nous avez dit lors de mon deuxième passage qu'à l'ouverture de votre gîte d'étape, vous étiez tristes quand les marcheurs repartaient le matin, mais qu'ensuite ceux qui arrivaient le soir suivant vous paraissaient être ceux du matin. et que cette farandole de marcheurs étaient un bonheur pour vous !

J'ai appris dans le village que nous avons parcouru, que monsieur Combes était mort et que c'était leur fils qui avait pris le relais dans l'accueil des marcheurs. C'était la séquence nostalgie !

Et le Trafic pris la direction de Florac toujours dominé par les falaises du Causse Méjean, continua vers Mende par le col de Montmirat, et là aussi des lieux, des images, des visages, des émotions de randos passées. Mende vite quitté par Badaroux, Laubert, le plateau de Montbel, Belvezet, et la petite route serpentant après Chasseradès nous ramena à La Bastide Puylaurent et à son gîte de L'Etoile, qui dans quelques jours va rouvrir pour accueillir ses visiteurs. Philippe sera en salle et aux fourneaux, toujours disponible, toujours vigilant, pour que chacun se sente bien, pour que chacun distille son bonheur d'être là !

Billy a retrouvé son fauteuil en osier près de la cheminée qui attend ses bûches, le piano silencieux attend son virtuose, les bières belges attendent leurs amateurs, le pain maison attend ses gourmets. La maison d'hôtes L'Etoile, comme depuis 25ans, va briller dans la constellation des gîtes d'étape et de séjour, pour une nouvelle saison ! par Christian Lalanne

 

 

L'Etoile Maison d'hôtes en Lozère

Ancien hôtel de villégiature avec un magnifique parc au bord de l'Allier, L'Etoile Maison d'hôtes se situe à La Bastide-Puylaurent entre la Lozère, l'Ardèche et les Cévennes dans les montagnes du Sud de la France. Au croisement des GR7, GR70 Chemin Stevenson, GR72, GR700 Voie Régordane (St Gilles), Cévenol, GR470 Sentier des Gorges de l'Allier, Montagne Ardéchoise, Margeride, Gévaudan et des randonnées en étoile à la journée. Idéal pour un séjour de détente.

Copyright © etoile.fr Tous droits réservés